Jean-Luc Mélenchon – Scénario idéal 2017-04-20T22:09:47+00:00

JEAN-LUC MÉLENCHON, PRÉSIDENT

Scénario idéal
Scénario critique

Les Bureaux du Temps, deux ans après

Publié le 12 juin 2019

Témoignages Le Temps Libéré
Par Maxime Borel

Institution science-fictionnelle pour les uns, utopie dangereuse pour les autres, les voix de l’opposition n’ont pas manqué de se faire entendre lors des débats. Il aura cependant suffi de quelques mois d’âpres négociations pour que la refonte du Code du travail soit votée et que les Bureaux du Temps voient effectivement le jour. Alors qu’en est-il aujourd’hui du monde du travail en France ? Les témoignages qui suivent nous invitent à découvrir à quoi ressemble la France depuis la mise en place de ces fameux BdT.

Voici maintenant deux ans, quasiment jour pour jour, que la première mouture du projet de loi de réforme du travail du gouvernement Raquel Garrido a été présentée à l’Assemblée. Cette première version du texte introduisait déjà la mesure dont tout le monde parlait alors : la mise en place des Bureaux des Temps (ou BdT)(1)Extrapolation de la Proposition n°28:  » Harmoniser les temps sociaux (par jour/semaine/année/vie) : installer des bureaux du temps ayant pour mission l’évaluation de la synchronie des temps sociaux constatés (concordance entre les horaires de travail et de garde d’enfant, par exemple), l’aide à la formulation des demandes pour l’organisation de la réduction des temps de transport emploi-domicile et de bourse d’échange d’emplois :  » https://laec.fr/section/28/reduire-le-temps-de-travail-travailler-moins-pour-travailler-tous .

Des rapports sociaux apaisés, du temps aménagé

Loundja, 29 ans, Saint-Evarzec

Loundja D. fait partie de cette catégorie de la population qui ne peut que se réjouir des nouvelles mesures mises en place par Jean-Luc Mélenchon, un peu moins d’un an après son élection. Cette mère de famille de 29 ans travaille depuis trois ans au poste d’opératrice d’une ligne de production et de conditionnement à l’usine Filet-Rose de Saint-Évarzec. Un travail considéré comme pénible aux yeux de la loi, ce que quiconque passant huit heures par jour à balancer des pièces de jambon de dix kilos sur une ligne automatisée ne peut que confirmer. Grâce au plan d’harmonisation des temps sociaux, ses journées ont gagné en fluidité et en sérénité. Elle fait concorder ses horaires de travail et de garde d’enfant, ce qui lui permet de passer plus de temps avec sa fille Élise, et de mieux récupérer grâce à la semaine de 4 jours(2)Extrapolation de la Proposition n°28 : « Convoquer une conférence nationale sur le partage du temps de travail et l’impact du progrès technologique, favoriser le passage à la semaine de quatre jours pour aller vers les 32 heures et appliquer les 32 heures pour les salariés en travail de nuit et les métiers pénibles  » https://laec.fr/section/28/reduire-le-temps-de-travail-travailler-moins-pour-travailler-tous .

Cependant, elle reste préoccupée par des problèmes de dos persistants et compte bien aborder le sujet lors de sa prochaine visite médicale obligatoire(3)Extrapolation de la Proposition n°70 : « Renforcer la médecine du travail
Intégrer la médecine du travail au service public de santé et garantir ses moyens
Restaurer la visite médicale obligatoire à l’embauche auprès d’un médecin et périodiquement en cours de contrat de travail.
Ouvrir l’accès de la médecine du travail aux chômeurs et instaurer une visite obligatoire pour les chômeurs au-delà de six mois »
https://laec.fr/section/70/en-finir-avec-la-souffrance-sociale-et-la-souffrance-au-travail
. Ce sera l’occasion de passer le test de pré-burn-out – à présent reconnu comme maladie professionnelle(4)Extrapolation de la Proposition n°70 : « Reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle, lutter contre l’idéologie managériale et ses effets psychologiques et sanitaires et imposer l’enseignement des sciences sociales et des risques psychosociaux dans les cursus de gestion/commerce/ressources humaines » https://laec.fr/section/70/en-finir-avec-la-souffrance-sociale-et-la-souffrance-au-travail – recommandé par l’accompagnatrice qui suit son dossier. Lors de leur première rencontre, Loundja était presque étonnée qu’on prête autant d’attention à sa santé, mais c’est bien normal, lui avait rétorqué son interlocutrice : « Si on ne soigne pas ceux qui sont malades, ils rendent malades les autres. Donc il faut soigner tout le monde ! Chacun est responsable de tous les autres. Comme nous le sommes dans la vie.« 

L’encadrement revu et corrigé : de tout nouveaux métiers

Aurélien, 42 ans, Bordeaux

Ces nouveaux rapports sociaux au sein de nos entreprises ont pris un essor remarquable sous l’impulsion des nouvelles réglementations et de la refonte du Code du travail, chantier législatif qui a marqué le début du quinquennat du Président de la République Jean-Luc Mélenchon. Ainsi, les accompagnatrices et accompagnateurs, et à l’échelon supérieur “les synchronistes”, ont pris rapidement un rôle central dans la vie des actifs français. Issus des postes managériaux préexistants, ces femmes et ces hommes ont vu leurs métiers totalement bouleversés. « J’ai l’impression d’avoir changé de vie, de dimension« , raconte Aurélien, anciennement cadre dans le département des ressources humaines d’un grand groupe.

Si certains ont préféré changer de branche, la majorité a suivi avec application les nouvelles formations professionnelles qui leur ont été proposées pour accompagner les salariés plutôt que les manager, harmoniser les heures plutôt que les contrôler. « Il a fallu tout réapprendre, même si mon expérience m’a bien entendu fortement aidé. Mais ce changement de regard, cette approche radicalement différente de la gestion du personnel, est un vrai challenge, dans le sens positif du terme ! » Un changement de repères nécessaire dans la nouvelle organisation du travail en France. L’accompagnement salarial est même devenu un secteur créateur d’emplois : entre l’établissement du temps de travail à 32h(5)Extrapolation de la Proposition n°28 : « Convoquer une conférence nationale sur le partage du temps de travail et l’impact du progrès technologique, favoriser le passage à la semaine de quatre jours pour aller vers les 32 heures et appliquer les 32 heures pour les salariés en travail de nuit et les métiers pénibles » https://laec.fr/section/28/reduire-le-temps-de-travail-travailler-moins-pour-travailler-tous et la régularisation de nombreux travailleurs auparavant en situation irrégulière(6)Extrapolation de la Proposition n°25 : « Régulariser les travailleurs sans-papiers pour assurer l’égalité sociale entre travailleurs :  » https://laec.fr/section/25/eradiquer-la-precarite-respecter-les-metiers-et-les-travailleurs, le nombre d’actifs a connu ces dernières années une croissance sans précédent. « La redistribution du temps de travail a généré une croissance du nombre d’actifs qui a elle-même généré un plus grand besoin d’encadrants. Dans notre entreprise le service AS (NDLR : Accompagnement et Synchronie) compte 30% de collaborateurs de plus que notre ancien service RH.« 

D’ “accompagnée » à « accompagnatrice »

Mélanie, 26 ans

« Après mes études, je n’ai pas trouvé de poste tout de suite, l’entreprise dans laquelle j’avais fait mon dernier stage était en restructuration suite à l’automatisation d’une partie des processus internes, du coup mon stage n’a pas été suivi d’un poste. Et j’avoue que je n’étais pas préparée au chômage » confie Mélanie. Pourtant diplômée d’une prestigieuse école, la jeune femme explique que ce n’est qu’avec l’entrée en vigueur de la directive sur le droit opposable et inaliénable au travail(7)Extrapolation de la Proposition n°26 : « Établir le droit opposable à l’emploi en faisant de l’État l’employeur en dernier ressort : en cas de chômage de longue durée, l’État doit proposer un emploi au chômeur en lien avec sa qualification, sur une mission d’intérêt général. L’indemnisation par l’allocation chômage se poursuit jusqu’à ce qu’un tel emploi soit proposé par l’État » https://laec.fr/section/26/construire-un-nouveau-statut-protecteur-pour-les-travailleurs-la-securite-sociale-integrale qu’elle a pu retrouver un emploi. Elle a fait le choix de la requalification en suivant la formation en sciences sociales et risques psychosociaux du cursus d’accompagnatrice(8)Extrapolation de la Proposition n°70 : « Reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle, lutter contre l’idéologie managériale et ses effets psychologiques et sanitaires et imposer l’enseignement des sciences sociales et des risques psychosociaux dans les cursus de gestion/commerce/ressources humaines » https://laec.fr/section/70/en-finir-avec-la-souffrance-sociale-et-la-souffrance-au-travail. Elle est désormais en poste tout en poursuivant une formation continue lui assurant de progresser dans l’appréhension de ce nouveau métier.
« J’aide au quotidien une vingtaine de salariés. Je les accompagne dans l’harmonisation de leurs temps de travail, de repos et de formation. Au-delà de ce côté organisationnel, il s’agit surtout de s’assurer que les accompagnés se sentent bien dans leurs activités. » Une fonction que Mélanie et ses collègues assurent en prenant soin de déceler les éventuels signes de pathologies telles que le syndrome d’épuisement professionnel.
« Ce qui est intéressant c’est l’aspect holistique de ce travail, garder une vision d’ensemble, avoir conscience que chacun contribue à la cohérence globale. D’ailleurs ça s’applique dans la vie de tous les jours finalement, si chacun se responsabilise et prend soin des autres, c’est l’ensemble de la société qui se porte mieux » conclut la jeune femme.

Pendant ce temps-là, dans les BdT

Jean-François, 56 ans, Paris

Nous ne pouvions clore ce panorama de la France des Bureaux des Temps sans entretien avec cette institution nouvelle(9)Extrapolation de la Proposition n°28 : « Harmoniser les temps sociaux (par jour/semaine/année/vie) : installer des bureaux du temps ayant pour mission l’évaluation de la synchronie des temps sociaux constatés (concordance entre les horaires de travail et de garde d’enfant, par exemple), l’aide à la formulation des demandes pour l’organisation de la réduction des temps de transport emploi-domicile et de bourse d’échange d’emplois » https://laec.fr/section/28/reduire-le-temps-de-travail-travailler-moins-pour-travailler-tous qui a tant marqué les esprits il y a deux ans. « Au-delà de la surmédiatisation dont ils ont fait l’objet, les Bureaux des Temps présentent aujourd’hui un bilan très positif » nous affirme le porte-parole du ministère du travail en charge des Bureaux des Temps, Jean-François R. « La formule “travailler moins pour travailler tous” a prouvé qu’elle n’était pas qu’un simple slogan de campagne. La baisse des chiffres du chômage est indéniable : moins de 4% de demandeurs d’emploi, c’est du jamais vu !« , nous fait-il remarquer. Et c’est vrai que l’on constate actuellement que ce n’est pas sur ce terrain que l’opposition attaque le Président Mélenchon et son gouvernement, tant la réussite semble miraculeuse. « Et sans oublier les effets corollaires de l’ensemble des mesures pour l’aménagement des temps de travail, dont les Bureaux des Temps, qui ont considérablement contribué à l’amélioration des conditions de vie en France : diminution des pathologies liées au stress, dialogue social apaisé, fluidification des rythmes de vie … » renchérit Jean-François, manifestement très fier de l’institution qu’il défend.

Découvrez le scénario critique de Jean-Luc Mélenchon
Vous aussi, contribuez à ce scénario
Partagez cet article !

Références   [ + ]

1. Extrapolation de la Proposition n°28:  » Harmoniser les temps sociaux (par jour/semaine/année/vie) : installer des bureaux du temps ayant pour mission l’évaluation de la synchronie des temps sociaux constatés (concordance entre les horaires de travail et de garde d’enfant, par exemple), l’aide à la formulation des demandes pour l’organisation de la réduction des temps de transport emploi-domicile et de bourse d’échange d’emplois :  » https://laec.fr/section/28/reduire-le-temps-de-travail-travailler-moins-pour-travailler-tous
2. Extrapolation de la Proposition n°28 : « Convoquer une conférence nationale sur le partage du temps de travail et l’impact du progrès technologique, favoriser le passage à la semaine de quatre jours pour aller vers les 32 heures et appliquer les 32 heures pour les salariés en travail de nuit et les métiers pénibles  » https://laec.fr/section/28/reduire-le-temps-de-travail-travailler-moins-pour-travailler-tous
3. Extrapolation de la Proposition n°70 : « Renforcer la médecine du travail
Intégrer la médecine du travail au service public de santé et garantir ses moyens
Restaurer la visite médicale obligatoire à l’embauche auprès d’un médecin et périodiquement en cours de contrat de travail.
Ouvrir l’accès de la médecine du travail aux chômeurs et instaurer une visite obligatoire pour les chômeurs au-delà de six mois »
https://laec.fr/section/70/en-finir-avec-la-souffrance-sociale-et-la-souffrance-au-travail
4, 8. Extrapolation de la Proposition n°70 : « Reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle, lutter contre l’idéologie managériale et ses effets psychologiques et sanitaires et imposer l’enseignement des sciences sociales et des risques psychosociaux dans les cursus de gestion/commerce/ressources humaines » https://laec.fr/section/70/en-finir-avec-la-souffrance-sociale-et-la-souffrance-au-travail
5. Extrapolation de la Proposition n°28 : « Convoquer une conférence nationale sur le partage du temps de travail et l’impact du progrès technologique, favoriser le passage à la semaine de quatre jours pour aller vers les 32 heures et appliquer les 32 heures pour les salariés en travail de nuit et les métiers pénibles » https://laec.fr/section/28/reduire-le-temps-de-travail-travailler-moins-pour-travailler-tous
6. Extrapolation de la Proposition n°25 : « Régulariser les travailleurs sans-papiers pour assurer l’égalité sociale entre travailleurs :  » https://laec.fr/section/25/eradiquer-la-precarite-respecter-les-metiers-et-les-travailleurs
7. Extrapolation de la Proposition n°26 : « Établir le droit opposable à l’emploi en faisant de l’État l’employeur en dernier ressort : en cas de chômage de longue durée, l’État doit proposer un emploi au chômeur en lien avec sa qualification, sur une mission d’intérêt général. L’indemnisation par l’allocation chômage se poursuit jusqu’à ce qu’un tel emploi soit proposé par l’État » https://laec.fr/section/26/construire-un-nouveau-statut-protecteur-pour-les-travailleurs-la-securite-sociale-integrale
9. Extrapolation de la Proposition n°28 : « Harmoniser les temps sociaux (par jour/semaine/année/vie) : installer des bureaux du temps ayant pour mission l’évaluation de la synchronie des temps sociaux constatés (concordance entre les horaires de travail et de garde d’enfant, par exemple), l’aide à la formulation des demandes pour l’organisation de la réduction des temps de transport emploi-domicile et de bourse d’échange d’emplois » https://laec.fr/section/28/reduire-le-temps-de-travail-travailler-moins-pour-travailler-tous

Commenter cet article