Marine Le Pen – Scénario critique 2017-05-02T13:51:35+00:00

MARINE LE PEN, PRÉSIDENTE

Scénario idéal
Scénario critique

« Le Nouveau Travail Français », une contre-enquête

Publié le vendredi 8 juin 2020

Extrait de Le Besogneux
Par Amaury Pessec

Le Frexit serait une formidable opportunité pour le travail !

C’est du moins la conclusion du rapport intitulé « Le Nouveau Travail Français » publié en avril 2020 par le Secrétariat d’État dédié aux mutations économiques. Méconnu du grand public, cet organisme dépend du Ministère des Finances et s’est vu confier pour mission d’anticiper les évolutions des formes de travail liées aux nouvelles technologies (“ubérisation”, robotisation, économie du partage…)(1)Extrapolation de la Proposition n°40 : Créer un secrétariat d’État dédié aux mutations économiques rattaché au ministère des Finances afin d’anticiper les évolutions des formes de travail liées aux nouvelles technologies (ubérisation, robotisation, économie du partage…). En coopération avec les secteurs concernés, établir une nouvelle régulation pour préserver une concurrence loyale

Au cours des six derniers mois, les enquêteurs du Secrétariat ont parcouru le territoire français pour identifier les nouvelles formes de travail. Une enquête qui prend tout son sens alors que, depuis maintenant deux ans, les frontières nationales ont été rétablies et que la France est sortie de l’espace Schengen(2)Extrapolation de la Proposition n°24 : Rétablir les frontières nationales et sortir de l’espace Schengen.. Ce « nouveau travail français » est défendu page après page comme le fruit de cette mesure symbolique du début de quinquennat de Marine Le Pen. Circonspecte devant les analyses enthousiastes du rapport, la rédaction du Besogneux a mené une contre-enquête qui vient mitiger nombre de ces constats. Nous sommes également partis à la rencontre de ceux dont le travail a changé. Il y a bien évidemment des gagnants et des perdants. À travers une série d’entretiens menés sur tout l’Hexagone, nous avons retenu sept portraits qui sont autant d’archétypes éclairant différemment les enseignements du rapport officiel.

LES PETITS GAGNANTS

Ces travailleurs, opportunistes pragmatiques, qui ont su tirer profit de la refonte du travail français.

Le présentéiste cumulard

Ce que nous dit le rapport :
« Le secteur des services a très majoritairement bénéficié du dispositif « premier emploi », avec le recrutement de près de 250 000 jeunes pour le seul plan de réindustrialisation de la France. » – p.41, 2 : Faire le plein (d’)emploi.

Ce que nous dit notre enquête :
Au rang des mesures du gouvernement Dupont-Aignan qui ont suscité autant d’espoir que de polémiques, le dispositif “premier emploi” figure en bonne place. De nombreuses entreprises bénéficient aujourd’hui de cet avantage visant à relancer l’emploi des moins de 21 ans(3)Extrapolation de la Proposition n°82 : Créer un dispositif « premier emploi » qui exonère totalement de charges la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de deux ans., avec une exonération totale de cotisations pour une durée de deux ans. Selon le rapport, la stratégie du gouvernement mené par Nicolas Dupont-Aignan a su combiner ce dispositif d’embauche avec l’expulsion massive des travailleurs étrangers. Le tout aurait un impact très favorable sur le chômage des jeunes en ayant réduit son taux de 25 % (en 2016) à 15% aujourd’hui. Cela dit, la réalité correspond-elle vraiment aux statistiques exposées par le rapport ?

Nous avons rencontré Thomas, 20 ans, qui profite de cette mesure d’une manière assez particulière, entre cumul discret et présentéisme habile. En effet, Thomas cumule plusieurs emplois sans en assurer aucun. Il fait partie de ces jeunes revenus à l’emploi, mais qui se livrent à ce véritable tour de passe-passe salarial. Avec un rictus narquois au coin des lèvres, il nous demande sur un faux ton innocent pourquoi les personnalités politiques seraient les seules à cumuler.

Selon notre enquête, cette pratique se développe de plus en plus et elle a été récemment qualifiée par les experts de « présentéisme ubiquitaire ». Le phénomène jette aujourd’hui le doute sur les chiffres officiels de l’emploi annoncés récemment par le gouvernement. Parmi les bénéficiaires de ce montage, on retrouve majoritairement des jeunes actifs qui profitent du télétravail et de la diminution des obligations administratives des entreprises(4)Extrapolation de la Proposition n°45 : Pour favoriser l’embauche, réduire le nombre des obligations administratives liées au seuil social de 50 salariés et fusionner les institutions représentatives du personnel entre 50 et 300 salariés (hors représentation syndicale) en une structure unique conservant les mêmes compétences. pour mettre en place cette combine lucrative, mais illégale.

Dans les faits, Thomas cumule plusieurs emplois à temps plein en déléguant les micro-tâches pour lesquelles il est salarié à des travailleurs à distance étrangers faiblement rémunérés. Comme de nombreux autres “présentéistes cumulards”, comme les nomme le sociologue du travail Jean Tare, Thomas se repose sur la plateforme delocmyjob.com, jeune startup créée par une équipe de jeunes Français résidant en Pologne. Cela lui permet ainsi d’assurer fictivement jusqu’à trois métiers peu qualifiés dans l’industrie du service. Les entreprises disposent du travail défiscalisé, les instituts de statistique affichent des chiffres records et une insolente inversion de la fameuse courbe du chômage, alors qui irait regarder ces nouvelles formes d’exploitation de plus près ?

Les filiales d’accès au marché français

Ce que nous dit le rapport :

“Les DOM-TOM ont su se révéler un formidable vivier pour l’emploi pour les fleurons de l’industrie agroalimentaire […] Si les différents dispositifs ont permis de donner une impulsion, c’est avant tout la détermination de ses habitants qui ont permis à ces territoires de faire aujourd’hui jeu égal avec la Métropole.” – p.61, 3 : Le pari réussi de l’égalité territoriale.

Ce que nous dit notre enquête :

Le rapport du Secrétariat d’État aux Mutations Économiques s’attarde sur « l’essor et la vitalité des entreprises agroalimentaires françaises », avec l’exemple canonique de Danone qui bénéficie d’un monopole bien établi en France. Cependant, le rapport oublie soigneusement de mentionner les entreprises étrangères qui cherchent à accéder au marché français au travers de filiales implantées en France. Elles cherchent ainsi à contourner les politiques donnant la préférence à la production nationale et à l’interdiction d’importer des denrées agricoles(5)Extrapolation de la Proposition n°129 : Défendre la qualité : afin de lutter contre la concurrence déloyale, interdire l’importation des produits agricoles et alimentaires qui ne respectent pas les normes de production françaises en matière de sécurité sanitaire, de bien-être animal et d’environnement..

Cette tendance est encouragée en coulisses par des géants comme Kellogg’s ou Nestlé. En conséquence, elle pousse de nombreux entrepreneurs à se lancer sur le marché national et protégé de l’industrie de l’agroalimentaire dans l’espoir de se faire racheter à prix d’or par ces multinationales. D’après les spécialistes du travail contactés, le phénomène s’observe tout particulièrement dans les DOM-TOM ; véritable porte d’entrée sur le marché français pour des produits dits exotiques comme le café ou la banane. Derrière l’explosion de l’emploi dans ces régions, c’est une véritable catastrophe écologique qui se trame à cause de l’exploitation intensive des ressources naturelles locales. De nombreuses voix s’élèvent depuis plusieurs mois pour interpeller l’administration qui tend à fermer les yeux sur cette pratique en raison du nombre d’emplois locaux créés dans ces territoires. C’est en effet une contribution importante aux « 1800 entreprises et 15 000 emplois annuels créés dans l’industrie » citée dans le rapport. Pour autant, la majorité des bénéfices échappent au gouvernement français, car 53% des entreprises créées dans les DOM-TOM depuis 2017 se révèlent être aujourd’hui devenue les filiales de l’un des grands groupes mentionnés précédemment. Les bénéfices sont dès lors reversés aux sociétés mères, situées à l’étranger et échappant aux différents impôts nationaux. Le rapport semble ici oublier cette “concurrence déloyale” déguisée, pourtant au cœur des enjeux de ce quinquennat. Au vu de l’organisation ingénieuse de ces structures, doit-on encore parler de filiales ou plutôt de filières d’accès au marché français ?

Flyer de l'Union Syndicale d'Outre-Mer dénonçant les filiales d'accès au marché français

Flyer de l’Union Syndicale d’Outre-Mer dénonçant les filiales d’accès au marché français

Le douanier aux frontières numériques

Ce que nous dit le rapport :
“La protection de l’économie et du travail des Français s’est trouvée elle-même être un des moteurs de la reprise de l’emploi au plan national. Avec le recrutement de 2000 douaniers en charge de nos frontières numériques, l’enjeu est plus que jamais de garantir la souveraineté du pays à l’heure de l’emploi à distance et des marchés dématérialisés.” – p.104, 5 : Sécurité et emploi, sécurité de l’emploi.

Ce que nous dit notre enquête :
Le Frexit suivi de la sortie de l’espace Schengen a profondément transformé l’activité économique et celle des douanes. Encore peu présente dans le débat public il y a quelques années, la question de l’établissement de frontières nationales numériques s’est finalement concrétisée. Parmi les 6000 postes de douaniers annoncés par le Ministère du Budget(6)Extrapolation de la Proposition n°24 : Reconstituer les effectifs supprimés dans les douanes par le recrutement de 6 000 agents durant le quinquennat., nous avons pu assister à la naissance d’un nouveau corps de près de 1000 « douaniers du web ». Ces cyber-agents sont chargés de la protection des données françaises et de la taxation des flux étrangers d’information entrant dans le pays.

La mise en place de cette nouvelle frontière numérique, et par conséquent d’un “Web National”, a eu plusieurs conséquences positives pour l’économie : la relocalisation des serveurs a induit la naissance d’un véritable « Internet des Français »(7)Extrapolation de la Proposition n°8 : Créer une charte à valeur constitutionnelle qui inclura la protection des données personnelles des Français, notamment par une obligation de stockage de ces données sur des serveurs localisés en France., une série florissante d’alternatives tricolores à des services autrefois rendus par des structures étrangères. Au premier rang de ces services remis sur le marché grâce au protectionnisme numérique, on retrouve ceux proposés par des géants américains, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Face aux stratégies de contournement de ces géants du web, les cyber-douaniers ont développé toute une série de nouveaux outils pour l’évaluation de la valeur des paquets de données et leur régulation. Selon le rapport, c’est la bagatelle de 80 milliards d’euros qui serait revenue aux caisses de l’État en six mois, soit l’équivalent des droits de douane perçus sur les biens physiques en 2019.

Cela dit, là encore, notre contre-enquête révèle un grand nombre de pratiques douteuses stimulées par ce nouveau système des douanes. Ainsi l’affaire « Gillot », dont nous nous faisions l’écho il y a quelques mois, a dévoilé un important réseau illégal de « data broking » (courtage en données) dans lequel furent impliqués une vingtaine de douaniers. Ces derniers détournaient et revendaient secrètement les paquets de données interceptées sur des marchés parallèles. L’ironie mordante de l’histoire restera qu’il a été depuis découvert que lesdites données ont été revendues à des entreprises étrangères. Une version modernisée du douanier du siècle dernier qui se servait dans les saisies de contrebande.

Flyer de l'Union Syndicale d'Outre-Mer dénonçant les filiales d'accès au marché français

Capture d’écran du document PowerPoint remis par François Gillot aux cyber-douaniers souhaitant détourner des données à leur profit

L’avocat du monopole de la violence physique légitime

Ce que nous dit le rapport :
« Avec près de 5000 postes créés sur la période 2017-2019, la Police Nationale a su s’adapter aux enjeux de nos frontières nouvellement restaurées. […] Au quotidien, les policiers interrogés se disent désormais protégés, respectés et légitimes dans leur action. » – p.98, 5 : Sécurité et emploi, sécurité de l’emploi.

« Avec la promesse de la remise en ordre de la France, la Justice s’est vue dotée de véritables moyens. Le regain d’inscription dans les écoles réformées de la magistrature est le marqueur d’une confiance retrouvée des Français dans leur Justice. » – p.101, 5 : Sécurité et emploi, sécurité de l’emploi.

Ce que nous dit notre enquête :
C’était une des idées phares du Ministre de l’Intérieur Gilbert Collard. Déjà proposé à l’Assemblée Nationale en 2015(8)Extrapolation de la Proposition de loi créant une présomption de légitime défense dans le cas d’un usage légal de la force armée : http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/propositions/pion2639.pdf, ce texte de loi prévoit une présomption de légitime défense(9)Extrapolation de la Proposition n°13 : Réarmer massivement les forces de l’ordre: en personnels (plan de recrutement de 15000 policiers et gendarmes), en matériels (modernisation des équipements, de commissariats et des casernes, adaptation des armements aux nouvelles menaces), mais aussi moralement et juridiquement (notamment par la présomption de légitime défense). dans le cas d’un usage légal de la force armée. S’en est presque logiquement suivie une multiplication des affaires de violence policière armée, certaines ayant récemment conduit à plusieurs enquêtes pour homicides et mutilations. Si certaines associations dénoncent une sorte d’immunité policière, cette protection a surtout fait le bonheur de toute une génération d’avocats. De l’apprenti au ténor du barreau, nombreux sont ceux qui se sont spécialisés dans la défense des policiers suspectés d’avoir abusé de leur présomption de légitime défense, notamment à des fins personnelles. Matthieu (prénom modifié pour préserver l’anonymat), tout juste associé dans un cabinet d’avocats à Orléans nous explique qu’il s’agit ici d’une véritable manne financière. Les cas de violence, diffamatoires ou non, encombrent en effet les tribunaux et les tiroirs de l’Inspection Générale de la Police Nationale. D’autre part, les salaires des policiers ont été revalorisés en moyenne de 23% depuis 2017, augmentant de fait leur pouvoir d’achat et suscitant l’intérêt des bâtonniers de tout l’Hexagone.

Pour les fonctionnaires de police les plus zélés, des applications pour smartphone ont fait leur apparition et proposent une intelligence artificielle faisant office d’avocat virtuel. De quoi sortir couvert lors d’une intervention un peu trop brutale !

Visuels extraits du dossier de presse de la startup Polys, proposant Protecthor l’application qui aide les policiers en cas d’usage excessif de la force léthale

LES GRANDS PERDANTS

Ces travailleurs, honnêtes, mais lésés, qui ont souffert directement ou non d’une certaine préférence nationale.

L’artiste normalisé

Ce que nous dit le rapport :
“S’il est maintenant avéré que la réforme du statut d’intermittent du spectacle a donné lieu à la radiation de plusieurs centaines d’artistes, cette clarification a avant tout permis de préserver et de redonner son sens à ce régime précieux pour le rayonnement de la culture française.” – p.123, 6 : La culture.

“Face aux abus constatés, l’implantation des réseaux de pépinières d’art en région s’est accompagnée d’un contrôle accru des statuts d’artiste.” – p.125, 6 : La culture.

Ce que nous dit notre enquête :
Le monde de l’art et de l’artisanat, lui aussi, a été soumis à de nombreuses mutations. Pour marquer sa présidence, Marine Le Pen avait, dans ses promesses de campagne, annoncé vouloir « remettre en ordre le statut d’intermittent du spectacle par la création d’une carte professionnelle afin de préserver ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent »(10)Extrapolation de la Proposition n°114 : Remettre en ordre le statut d’intermittent du spectacle par la création d’une carte professionnelle afin de préserver ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent.. Pour autant, a-t-elle réussi son pari ?

Il semblerait que oui, comme en témoigne le nombre d’intermittents du spectacle divisé par deux en moins de trois ans, en même temps que la hausse massive du taux de remplissage des salles de spectacle pour les artistes ayant su surmonter la raréfaction des subventions publiques. Le système culturel, auparavant déficitaire, est maintenant, comme le rapport s’en félicite, « revenu à la raison ».

Les efforts du gouvernement se sont notamment traduits par la mise en oeuvre de la plateforme de mécénat populaire « L’Art à la française » pilotée par le ministère de la Culture, plateforme qui sélectionne les œuvres éligibles au label « Création Bleu Blanc Rouge »(11)Extrapolation de la Proposition n°109 : Développer le mécénat populaire par la création d’une plateforme numérique dédiée.. On observe néanmoins une série d’effets indésirables soigneusement écartés par le rapport : entre autres, une concentration accrue des capitaux sur les artistes dits « populaires » doublement favorisés par leur réussite commerciale propre et par les subventions ainsi récoltées, une uniformisation de l’offre corollaire à cet effet de monopolisation et un exil massif de certains artistes et grands événements, comme en témoigne la récente et très remarquée délocalisation du Festival d’Avignon à Bruxelles.

Et tandis que certains quittent la France pour pouvoir continuer à créer librement, d’autres … s’adaptent. Comme en témoigne l’exemple de la chorégraphe Marie Dupont, formée à l’école des plus grands danseurs contemporains et fer-de-lance de la scène française dans les années 2010. En 2019, celle-ci a perdu son statut d’intermittent après la création de sa dernière oeuvre alternative « Le Chant des Xylophones ». Controversée, cette pièce traitant de la migration sexuelle d’une adolescente n’a pas répondu aux nouveaux critères de validité du Centre National de la Danse. Après avoir hésité à s’expatrier, elle a finalement choisi, pour sa nouvelle création, de revisiter les formes de la danse traditionnelle provençale. Le CND, enthousiaste, l’a réintégré dans le statut d’intermittent et lui a même offert une place dans la pépinière d’artistes d’Aix-En-Provence, « Les Aix’rtistiques »(12)Extrapolation de la Proposition n°112 : Lancer un grand plan national de création de filières (lycées, universités) des métiers d’art dans nos territoires et implanter un réseau de pépinières d’artistes sur tout le territoire..

Extrait du pamphlet « Guide de Survie à l’Usage des Artistes Normalisés »,
publié suite aux réformes du statut d’intermittent du spectacle.

Le travailleur migrant hautement qualifié

Ce que nous dit le rapport :
« La priorité nationale à l’emploi des Français a démontré des effets inattendus, avec en premier lieu celui de la revitalisation des zones rurales. Redevenue attractive pour les profils hautement qualifiés, la ruralité n’a plus à rougir de son niveau de service public. » p.68, 3 : Le pari réussi de l’égalité territoriale.

“Face aux abus constatés, l’implantation des réseaux de pépinières d’art en région s’est accompagnée d’un contrôle accru des statuts d’artiste.” – p.125, 6 : La culture.

Ce que nous dit notre enquête :
Contrairement à une certaine image d’Épinal encore bien ancrée dans les esprits, l’emploi du travailleur détaché ou du salarié étranger n’est pas synonyme d’emploi peu qualifié. Le rapport du Secrétariat d’État aux Mutations Économiques met en avant un rééquilibrage des territoires. Les travailleurs étrangers auraient quitté nos campagnes pour se trouver mécaniquement remplacés par des Français « du cru ». De notre enquête ressort un constat plus mitigé.

Ahmed est médecin généraliste dans le Morvan (Département de la Nièvre). Mais surtout Ahmed est d’origine syrienne, arrivé avec la grande vague de réfugiés ou de migrants c’est selon de 2016. Ahmed n’est pas naturalisé français. Ce n’est pas qu’il ne souhaite pas être naturalisé, il ne le peut simplement plus aujourd’hui.

Comptant pourtant parmi ces « profils hautement qualifiés nécessaires à la revitalisation des milieux ruraux » mentionnés par le rapport, Ahmed souffre directement du principe de préférence nationale. Il sait qu’il risque d’être reconduit à la frontière(13)Extrapolation de la Proposition n°25 : Rendre impossible la régularisation ou la naturalisation des étrangers en situation illégale. Simplifier et automatiser leur expulsion., mais se refuse néanmoins à abandonner son poste pour une raison simple : il est le seul médecin de campagne à 50 kilomètres à la ronde. Si l’une des promesses de la candidate Le Pen était de « relever le numerus clausus d’accès aux études de santé pour éviter le recours massif aux médecins étrangers »(14)Extrapolation de la Proposition n°66 : Relever le numerus clausus d’accès aux études de santé pour éviter le recours massif aux médecins étrangers et permettre le remplacement des nombreux départs à la retraite prévus, dans les faits, la situation reste déséquilibrée. Aujourd’hui, Ahmed fait face à un dilemme qui, de son aveu, ne lui serait jamais venu à l’esprit. Pour continuer de prendre soin de ses patients dans le besoin, il doit rester le plus longtemps possible sous le radar de l’administration. Cette dernière s’était montrée jusque là indulgente avec une dérogation de statut pour permettre à Ahmed d’exercer dans un territoire touché de plein fouet par la désertification médicale. Une période de complaisance qui est désormais révolue.

L’agriculteur “au black”

Ce que nous dit le rapport :
“Sous l’effet de l’automatisation, le métier d’agriculteur s’est transformé et rime désormais avec nouvelles technologies. […]  L’utilisation de la plateforme de mécénat populaire pour financer collaborativement l’achat de matériel agricole innovant reste emblématique de l’appropriation des nouveaux dispositifs de stimulation économique.”  – p.63, 3 : Le pari réussi de l’égalité territoriale.

“Face aux abus constatés, l’implantation des réseaux de pépinières d’art en région s’est accompagnée d’un contrôle accru des statuts d’artiste.” – p.125, 6 : La culture.

Ce que nous dit notre enquête :
Le mécénat populaire(15)Extrapolation de la Proposition n°109 : Développer le mécénat populaire par la création d’une plateforme numérique dédiée. compte parmi les dispositifs les plus plébiscités de la présidence de Marine Le Pen. Encensé à plusieurs reprises dans le rapport, il refait étonnement surface dans les lignes consacrées à l’agriculture en mettant en avant le « renouveau d’intérêt par les consommateurs français envers le terroir et attachés à son exploitation économique, mais durable. ». Malgré cet aspect positif, la participation citoyenne n’est cependant pas suffisante pour compenser les aides que l’Union Européenne octroyait aux agriculteurs, au travers de la Politique Agricole Commune (PAC)(16)Extrapolation de la Proposition n°126 : Transformer la Politique Agricole Commune en Politique  Agricole Française.Garantir le montant des subventions dont les critères seront fixés par la France et non plus par l’Union européenne, avec l’objectif de sauver et soutenir le modèle français des exploitations familiales..

Cette différence financière se fait très fortement sentir chez les petits agriculteurs. Déjà en difficulté lorsque la France était encore membre de l’Union Européenne, beaucoup d’exploitants sont désormais dans l’incapacité totale d’assurer financièrement l’entretien de leurs cultures et de moderniser leur équipement. Les conséquences sont connues : cela entraîne une baisse de qualité des denrées produites. Déjà fortement endettés, plusieurs agriculteurs nous ont confié s’être tournés vers la plateforme numérique dédiée au mécénat populaire et s’être remis à ses promesses. Que ce soit pour financer l’achat d’un drone agricole ou d’un algorithme de rendement, la générosité et l’intérêt des Français n’auront pas été au rendez-vous. Ces amoureux de la terre se disent aujourd’hui acculés. La plupart n’ont d’autre choix que de chercher de nouvelles sources de revenus. Il leur est impossible d’exporter, car les prix ne sont pas assez compétitifs sur le marché international, lorsque les circuits locaux ne suffisent plus. Certains se tournent vers le cumul d’activités, s’inscrivant sur des plateformes de micro-tasking (tâches à la demande) telles que le service Mechanical Turk d’Amazon(17)Amazon Mechanical Turk : https://www.mturk.com qu’ils exécutent en parallèle de leur activité agricole. D’autres changent leur type de culture pour s’orienter vers des plantations davantage compétitives. Dans certaines régions, cette stratégie de survie crée déjà des pénuries pour des denrées de base telles que la pomme de terre. Une partie des exploitants agricoles préfère mettre fin à leur activité, transmise parfois depuis plusieurs générations, pour changer totalement de voie professionnelle.

Pour faire face à ce déséquilibre agricole croissant, l’État multiplie les commandes publiques(18)Extrapolation de la Proposition n°125 : Appliquer le patriotisme économique aux produits agricoles français pour soutenir immédiatement nos paysans et nos pêcheurs, notamment au travers de la commande publique (État et collectivités)., par exemple en incitant les cantines, notamment dans les administrations et les établissements scolaires, à consommer des produits français d’origine locale(19)Extrapolation de la Proposition n°127 : Développer les circuits courts de la production à la consommation, en réorganisant les filières.. Le gouvernement cherche également à renforcer les contrôles aux frontières(20)Extrapolation de la Proposition n°36 : Afin d’assurer la protection des consommateurs et la concurrence loyale, interdire l’importation et la vente de produits provenant de l’étranger qui ne respectent pas les normes imposées aux producteurs français. Parallèlement, soutenir le « Fabriqué en France » par un étiquetage obligatoire, clair et loyal sur l’origine des produits et denrées commercialisés en France., mais sans succès pour le moment, au grand bonheur des filières d’import parallèle. Cette énième politique protectionniste doit encore démontrer son efficacité pour endiguer la crise agricole à venir. Certains dénoncent déjà la montée d’une aigrie-culture qui pourrait bien jouer les arbitres aux prochaines élections présidentielles.

Découvrez le scénario idéal de Marine Le Pen
Vous aussi, contribuez à ce scénario
Partagez cet article !

Références   [ + ]

1. Extrapolation de la Proposition n°40 : Créer un secrétariat d’État dédié aux mutations économiques rattaché au ministère des Finances afin d’anticiper les évolutions des formes de travail liées aux nouvelles technologies (ubérisation, robotisation, économie du partage…). En coopération avec les secteurs concernés, établir une nouvelle régulation pour préserver une concurrence loyale
2. Extrapolation de la Proposition n°24 : Rétablir les frontières nationales et sortir de l’espace Schengen.
3. Extrapolation de la Proposition n°82 : Créer un dispositif « premier emploi » qui exonère totalement de charges la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de deux ans.
4. Extrapolation de la Proposition n°45 : Pour favoriser l’embauche, réduire le nombre des obligations administratives liées au seuil social de 50 salariés et fusionner les institutions représentatives du personnel entre 50 et 300 salariés (hors représentation syndicale) en une structure unique conservant les mêmes compétences.
5. Extrapolation de la Proposition n°129 : Défendre la qualité : afin de lutter contre la concurrence déloyale, interdire l’importation des produits agricoles et alimentaires qui ne respectent pas les normes de production françaises en matière de sécurité sanitaire, de bien-être animal et d’environnement.
6. Extrapolation de la Proposition n°24 : Reconstituer les effectifs supprimés dans les douanes par le recrutement de 6 000 agents durant le quinquennat.
7. Extrapolation de la Proposition n°8 : Créer une charte à valeur constitutionnelle qui inclura la protection des données personnelles des Français, notamment par une obligation de stockage de ces données sur des serveurs localisés en France.
8. Extrapolation de la Proposition de loi créant une présomption de légitime défense dans le cas d’un usage légal de la force armée : http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/propositions/pion2639.pdf
9. Extrapolation de la Proposition n°13 : Réarmer massivement les forces de l’ordre: en personnels (plan de recrutement de 15000 policiers et gendarmes), en matériels (modernisation des équipements, de commissariats et des casernes, adaptation des armements aux nouvelles menaces), mais aussi moralement et juridiquement (notamment par la présomption de légitime défense).
10. Extrapolation de la Proposition n°114 : Remettre en ordre le statut d’intermittent du spectacle par la création d’une carte professionnelle afin de préserver ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent.
11. Extrapolation de la Proposition n°109 : Développer le mécénat populaire par la création d’une plateforme numérique dédiée.
12. Extrapolation de la Proposition n°112 : Lancer un grand plan national de création de filières (lycées, universités) des métiers d’art dans nos territoires et implanter un réseau de pépinières d’artistes sur tout le territoire.
13. Extrapolation de la Proposition n°25 : Rendre impossible la régularisation ou la naturalisation des étrangers en situation illégale. Simplifier et automatiser leur expulsion.
14. Extrapolation de la Proposition n°66 : Relever le numerus clausus d’accès aux études de santé pour éviter le recours massif aux médecins étrangers et permettre le remplacement des nombreux départs à la retraite prévus
15. Extrapolation de la Proposition n°109 : Développer le mécénat populaire par la création d’une plateforme numérique dédiée.
16. Extrapolation de la Proposition n°126 : Transformer la Politique Agricole Commune en Politique  Agricole Française.Garantir le montant des subventions dont les critères seront fixés par la France et non plus par l’Union européenne, avec l’objectif de sauver et soutenir le modèle français des exploitations familiales.
17. Amazon Mechanical Turk : https://www.mturk.com
18. Extrapolation de la Proposition n°125 : Appliquer le patriotisme économique aux produits agricoles français pour soutenir immédiatement nos paysans et nos pêcheurs, notamment au travers de la commande publique (État et collectivités).
19. Extrapolation de la Proposition n°127 : Développer les circuits courts de la production à la consommation, en réorganisant les filières.
20. Extrapolation de la Proposition n°36 : Afin d’assurer la protection des consommateurs et la concurrence loyale, interdire l’importation et la vente de produits provenant de l’étranger qui ne respectent pas les normes imposées aux producteurs français. Parallèlement, soutenir le « Fabriqué en France » par un étiquetage obligatoire, clair et loyal sur l’origine des produits et denrées commercialisés en France.

2 Commentaires

  1. Jean-marie Audignon 22 avril 2017 at 12 h 46 min - Reply

    Pas grand chose sur la monnaie, dommage. Comment se font les échanges commerciaux ? En francs ? Ce serait tragique pour tous.

    • maxmollon 22 avril 2017 at 16 h 58 min - Reply

      En effet, ses propositions sur la monnaie auront un impact si large que l’on a failli l’impliquer dans le thème sélectionné “les propositions des candidats sur le travail”. Les changements à prévoir sont d’une telle ampleur que nous vous invitons à imaginer la suite, ici par commentaire, ou dans notre page : http://www.politique-fiction.fr/participer/

Commenter cet article