Support 2017-06-12T22:18:59+00:00

Support.app – Qui construit le monde de demain ?

À l’époque où les services de bien commun ont été confiés aux entreprises privées : acheter c’est voter.

En tant que consommateur vous avez déjà les rênes pour avancer vers un futur meilleur, mais vous ne regardez pas la route. Pour vous, Support.app lève le voile sur les réformes financées par vos achats et ceux de vos proches et vous permet de faire les bons choix.

Publicité pour le lancement de l’application Support.app

Qui construit le monde de demain ?

À force de référendums non pris en compte, des 49.3 et des ordonnances, les politiques ont arrêté de nous écouter et d’écouter nos représentants. La déconnexion entre les politiques et les citoyens atteint, aujourd’hui, des proportions sans précédents. Parallèlement, depuis 1997 et le gouvernement Jospin, la politique de privatisation des services publics s’emballe. Après la téléphonie (1997), EDF (2005), les centres pénitenciers (2008), l’éducation nationale (2015), Pôle Emploi et les Prud’hommes furent laissés aux bons soins des entreprises en 2019, soit il y a un an.

Archive tirée du site de presse ladepeche.fr en 2008

Ce glissement du public vers le privé est plutôt porteur d’espoir. Les jeunes entrepreneurs sont plus agiles, plus proches des attentes, ils nous écoutent, ils nous connaissent, ils connaissent nos habitudes, leurs compétences ne sont plus à prouver.
Globalement, l’industrie est beaucoup plus efficace que les états à l’amélioration de notre quotidien, mais ce constat pose aussi certaines questions. Une ambiguïté existe entre l’intérêt commun et les intérêts privés que servent ces entreprises.

Publication issue du compte Twitter de l’OMS Afrique en 2017

 

Au mois de mai 2019 Un collectif d’hacktivistes a orchestré la mise en ligne de plusieurs millions de documents qui révèlent ces conflits d’intérêts. L’événement a fait émerger un réel besoin d’information de la part de la population. En réaction, la Commission européenne a lancé l’an dernier la directive consom’électeur : un plan de transparence des financements des services de bien public par les entreprises privées. Depuis cette mesure, les produits de consommation affichent systématiquement au dos de leur étiquette le détail des projets d’intérêt public qu’ils financent.

L’affiche de lancement, les nouvelles étiquettes et tickets de caisse

Tout l’enjeu de cette réforme c’est de prendre conscience qu’aucun de nos choix de consommation n’est innocent. Pourtant, selon nous cette mesure ne suffit pas. Il faut s’intégrer aux usages. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous lançons l’application « Support » qui permet à chacun d’être sûr que ses actes sont en accord avec ses idées, ses principes. À chaque instant, en scannant un produit, un vêtement, une voiture, il est possible de connaître les opinions politiques supportées par son propriétaire. C’est un nouveau souffle pour la démocratie, pour la souveraineté des peuples, pour un monde nouveau !

En plus de vos achats, l’application permet de créer le profil de consommation de vos amis

Un pas en dehors de la fiction, les débats sur “nos voies/x” : Scanner pour mieux analyser ses responsabilités

Quel pouvoir avons-nous sur les questions politiques qui nous concernent directement ? Qui s’en charge à notre place ? Nous avons imaginé un monde qui semble aberrant mais qui se veut très proche de ce qui existe aujourd’hui, ou qui en est la suite logique. Ne sommes-nous pas déjà des « consom’électeurs » ? Quelle responsabilité avons-nous ? Quelle responsabilité souhaitons-nous avoir ? À quel point sommes-nous prêts à voir avancer les projets politiques ? À quel prix ?

La confiscation du politique par l’économie semble suivre une pente historique naturelle mais surtout parce que le dispositif envisagé est « insidieux » voire admis. Il admet d’emblée une dissolution de la démocratie, tout en proposant un succédané « démocratique ».